Aller au contenu principal

Nouveau blog sur le site du Temps

https://blogs.letemps.ch/dorota-retelska/

 

Publicités

Nombreuses inondations en Italie

Inondations en Italie en 2018: Catane, Sicile le 4 octobre. Après Leghorn Toscane, (septembre), Palerme, et Rome, (mi-août), Alassio (oct), Calabre, Massafra, Salerno, Naples, (août), Caltanissetta, (avril), Moena, Canosa di Puglia, (juillet), Sant’Agata, Messina, Odolo (juin), Bussolino coulée de boue/mudslide, Rosta grêle/hail, Legnano, San Polo, Sinalunga, Voltarra, Sardaigne, (mai), Bussoleno, Altamura, (avril), Sud de l’Italie, Sicile et Sardaigne inondation marine, (21 mars), Naples forte chute de neige (27 février,) Nord de l’Italie (février), (based on a partial flood list by Climate and Extreme Weather News). Canzataro (5 oct). Les inondations en Italie se multiplient, vont-elles se multiplier encore ces prochaines années?

 

RapportGIEC1.5°C: Résumé du résumé

Rapport du GIEC 1,5°C

Nous voyons déjà de nombreux effets du réchauffement climatique à 1°C.
Nos émissions de carbone devraient mener à 1,5°C entre 2030 et 2050. D’après le GIEC, il peu probable que les émissions humaines amènent à un réchauffement de 1,5°C avant 2030. Je me demande si les émissions naturelles, provoquées par les émissions humaines, peuvent y mener, comme le suggère par exemple le Climate Institute.


A 1,5°C il y aura plus de pluies intenses, de sécheresses, de cyclones, des zones plus grandes de la Planète seront touchées par les inondations.

Sur environ 4% de la Planète, les écosystèmes seront perdus ou remplacés par d’autres à 1°C, à 2°C ce serait 13% de la Planète.
La forêt boréale et la tundra sont particulièrement menacées. Limiter le réchauffement à 1,5°C éviterait la fonte de permafrost sur env. 2 millions de km2 au cours de prochaines centaines d’années, qui serait dangereuse pour la survie de l’Humanité.
1,5°C permettrait encore de sauver une petite partie des récifs coralliens (10-20%), et éviterait une forte acidification des océans, dangereuse même pour les algues des océans qui sont la base de son cycle de carbone et de la chaîne alimentaire des océans.
Limiter le réchauffement à 1,5°C au lieu de 2°C éviterait à plusieurs centaines de millions de personnes la pauvreté et les catastrophes climatiques autour de 2050, et réduirait de moitié le nombre de personnes exposées à des pénuries d’eau.
L’adaptation au réchauffement est possible pour la plupart des régions du monde à 1,5°C, il y a des nombreuses solutions d’adaptation, elle devient plus difficile si les températures montent, les zones inhabitables pour l’Homme s’étendront alors.

Pour limiter le réchauffement à 1,5°C, nous devons réduire les émissions de CO2 de 45% en 2030, à 0% en 2050.
Il faut réduire très fortement l’usage du charbon.
Il faut donc rapidement effectuer des changements profonds dans les systèmes énergétiques, agricoles, urbains, l’infrastructure (y compris transport et bâtiment), et les systèmes industriels. les énergies renouvelables devraient fournir 70%-85% d’électricité en 2050.

Des millions de km2 de pâturages et terres agricoles devraient être transformés en champs de biofuels et forêts. Cela pourra être contrebalancé par l’intensification des pratiques agricoles, la restauration d’écosystèmes et un changement de régime alimentaire pour le végétarien.

Pour limiter le réchauffement à 1,5°C il faut probablement capter 100-1000Gt de carbone de l’atmosphère. Cela peut être effectué par la plantation de forêt, la restauration du sol et des écosystèmes, BECCS, ou l’alcalinisation des océans.

Les auteurs du rapport précisent que des nombreuses solutions proposées pour limiter le réchauffement seront également positives pour la lutte contre la pauvreté et pour le développement.

10 capitales européennes inondées en 2018

Athènes (Grèce), Belgrade (Serbia), Paris (France), Bratislava (Slovaquie), Rome (Italie), Lviv (Ukraine), Londres-London ( UK), Istanbul (Turquie), Minsk (Belarus), Copenhague (Denmark) soit 10/39 capitales européennes ont été inondées entre janvier et août 2018.
De nombreuses autres grandes villes: Barcelone, Palerme, Naples, Wuppertal, Grenade, Varna, Lausanne ont aussi été inondées. Ces inondations provoquent d’importants dégâts.
Berlin a été inondé l’année passée. On pourrait essayer de compter les villes qui seront inondées en 20 ans pour avoir une estimation des dégâts matériels, ce sera certainement la majorité des villes. 
Le GIEC a prévu et constaté une augmentation des pluies intenses.
Une publication australienne rapporte qu’il y a eu 2-3 fois plus de pluies intenses que prévu par le GIEC. Il faudrait vérifier si c’est général sur la Planète et pourquoi.
Un facteur pourrait être la circulation atmosphérique perturbée. Le réchauffement perturbe le jet-stream et fait descendre de l’air Arctique sur les régions tempérées, et c’est souvent associé à des pluies et chutes de neige très importante (Jennifer Francis).

Ecole publique à Leysin 2017-2018

J’ai visité l’école publique de ma fille à Leysin, petite station de ski suisse. Les horaires sont 8h30-12h cantine 13h-14h30 sauf mercredi après-midi. Dans la classe il y a 18 enfants, moitié de 8 ans (5ième) et moitié de 9 ans (6ième). Ils suivent ensemble une partie des cours, et la deuxième année approfondissent les mêmes matières. Ils ont assis par tables de 4, 2 de chaque âge, se font face. Cela semble inspiré de Montessori.
Une semaine ils ont dû faire une roulade pour entrer et sortir de la classe, une autre une grimace.
Le premier jour la maîtresse lisait et les enfants l’écoutaient en cercle et répondaient à des questions de compréhension.
Pour l’allemand tous les enfants ont chanté une chanson, puis écrit les noms des meubles qu’ils ont collé sur les meubles.
Lors d’une dictée promenade, ils marchent pour lire les mots sur une affiche et doivent les mémoriser le temps de revenir les écrire.
Ils ont colorié et comparé un squelette d’homme et de chien.
Un élève X (blanc, grand) s’est mis debout sur la chaise de C quand elle devait s’assoir, lui a barré le chemin quand elle allait prendre une fiche demandée, a tenté d’écrire sur la feuille d’un troisième, est allé vers une autre pour la chatouiller, a pris la chaise d’un garçon. 2 blonds se sont un peu battus pendant que la maîtresse préparait des fiches pour le cours des 5ièmes.

Le lendemain, répétition français en groupes de 4, avec des postes: lancer de balle de tennis en disant la forme verbale, corde à sauter, écriture sur poster etc.

Contrôle du verbe français, exercice de français sur fiches individuelles, lecture. La maîtresse passe vers les élèves qui semblent avoir un peu de difficultés, elle leur explique, avec le travail en groupe il me semble que vraiment tout le monde comprend, participe et suit le cours. Les cours semblent passer plus de temps sur la partie simple du programme que sur l’autre moitié, peut-être pour la moitié la plus jeune.

Un projet personnel d’une semaine,  un livre, un film, une BD a été apprécié pendant l’année.

Un matin par mois, ils ont l’école en forêt, y compris par -10°C. Une fois par semaine, ski ou patin ou natation, et une autre séance de sport. En patin, certains s’amusent à faire tomber d’autres. Ils ont fait un projet poussé en couture, et l’école s’investit dans les énergies renouvelables. Les conflits sont soumis à une médiatrice, qui les résout assez bien, mais il y a pas mal d’insultes et d’interactions négatives tolérées par l’école, l’enfant n’est pas toujours en sécurité.

Après l’école les enfants font de 0 à 2 cours de sport par jour, environ une demie-heure de devoirs.  L’école finit tôt pour qu’ils aient l’après-midi pour jouer, mais leur temps est trop organisé en cours.

J’ai proposé que les 2 premières années les après-midi soient consacrés à des jeux libres en groupe, à l’école la Ferme des Enfants les enfants de 4 ans jouaient beaucoup ensemble et ils me semble qu’ils communiquaient très bien.

Les techniques d’apprentissage sont très agréables, énormément de travail a été fait dessus. Je suis allée dans des écoles où nous étions assis par deux, face au tableau noir, où par contre je me suis toujours sentie en sécurité, les insultes et les coups étaient rarissimes.  Au collège et au gymnase, nous finissions vers 17h, puis faisions des heures  d’exercices de grammaire allemande, de latin et d’anglais. Les heures en classe passaient à lire à tour de rôle les devoirs que nous faisions le soir à la maison.

 

 

Marche Climat Genève le 13 octobre

Le climat cause déjà des problèmes considérables, dont des records de chaleur et sécheresses. Il pourrait s’aggraver rapidement.

Demandons à notre gouvernement de mettre en oeuvre les accords de Paris sur le Climat!
Demandons à notre gouvernement une politique climatique bonne pour l’économie, bonne pour la planète et bonne pour les humains, où qu’ils soient dans le monde!
Descendons dans la rue le samedi 13 octobre pour montrer que nous tenons au climat et à l’environnement, car les glaciers fondent, pas notre détermination!

https://www.facebook.com/events/272596263498968/

http://marcheclimat.ch/

  • samedi 13 octobre à 13:30 – 17:30
    Rue du Mont-Blanc, 1201 Genève Genève, Suisse

Le réchauffement sera rapide ces dix prochaines années et devrait être ramené à 0,5°C

Le réchauffement climatique a rapidement progressé ces dernières années.  Un rapport du Climate Institute  pour l’ONU ( printemps 2018) déclare que les températures augmentent aussi vite que le CO2, ou même plus vite, exponentiellement. C’est un réchauffement plus rapide que prévu. Plusieurs effets secondaires aggravants du climat semblent se mettre en branle et aggraver la situation: la fonte de la glace Arctique, la perte du carbone des sols, le dégel du permafrost et émission de méthane du permafrost.
Les auteurs de ce rapport s’attendent à un réchauffement rapide ces dix prochaines années, provoqué par le CO2 déjà présent dans l’atmosphère. Il causera probablement des catastrophes de plus en plus importantes. Ils mentionnent le rapport du GIEC sur le réchauffement d’1,5°C qui prévoit déjà des effets significatifs sur nos conditions de vie sur Terre, l’environnement et la société.
A plus long terme, les effets négatifs sur le permafrost et les écosystèmes pourraient causer des sauts rapides et importants de température terrestre, qui auraient de très graves conséquences. Pour éviter ceci, les auteurs suggèrent de faire baisser le réchauffement climatique à 0,5°C à la fin du siècle.
Plus nous attendons plus l’effort pour limiter le réchauffement sera gigantesque. La seule solution responsable paraît un programme agressif de restauration du climat, ainsi qu’un organe de décision apparenté à la COP.
Ils recommandent plusieurs solutions:
– Tout d’abord la promotion des énergies renouvelables, solaire, vent, énergies marémotrices et autres énergies naturelles.
– La réduction rapide d’émissions de carbone
– La capture de méthane
– Un transport terrestre électrifié rapidement et un transport aérien alimenté par les biofuels
– La reforestation et l’amélioration des sols
– Développer les techniques de capture de carbone, y compris géothérapie, afforestation, biochar
– Géoengeneering solaire dans l’Arctique
– Restauration d’écosystèmes vitaux
– Fertilisation des océans
– Autre modèle économique basé sur la mitigation plutôt que la croissance et incluant un prix carbone
Comme James Hansen le suggérait, la limite de stabilité du système climatique pourrait être 350 ppm, car nous voyons que le système devient déjà instable.
Un réchauffement de 1,5°C présente un risque intolérable et doit être limité à 0,5°C il faudrait baisser les émissions de 6% par année et capter 153 PgC atmosphérique.
 Le niveau de CO2 doit tomber au niveau préindustriel de 280 ppm et y rester pendant une période prolongée.
On devrait aussi restaurer la glace Arctique, peut -être par une technique artificielle telle que pomper l’eau de mer à la surface de la glace pour l’épaissir.
Les auteurs espèrent qu’une intervention efficace pourra être effectuée en quelques décennies.
Elle doit pouvoir être rapidement déployée à large échelle et pas trop chère, utiliser un minimum de technologie, d’énergie fossile, fonctionner facilement avec peu de soutien, et minimiser les effets secondaires.
Ils présentent quelques solutions de géoengeneering et conseillent de prendre des mesures rapides, avant que le climat ne rende l’action humaine impossible. L’épaississement artificiel de la glace Arctique, par exemple, est encore possible,
mais si la fonte progresse, il sera bientôt trop tard.
Ils conseillent le développement de modèles économiques durables et la taxe carbone. Face aux risques accrus de catastrophe, les compagnies d’assurance anglaises, par exemple, ne sont plus solvables.
Il semble clair que des événements d’une gravité extrême nous attendent.  Il faut en prendre conscience,  et agir vite.  De nombreuses solutions existent,  d’autres pourraient être développées rapidement. L’alimentation partiellement végane est aussi une excellente solution pour sauver la Planète.

Global warming has progressed rapidly in recent years. A report of the UN Climate Institute for Spring 2018 states that Temperatures rise as fast as CO2, or even faster, exponentially. It is warming faster than expected. Several aggravating side effects of climate seem to set in motion and worsen the situation: the melting of Arctic ice, the loss of soil carbon, thawing of permafrost and methane emission of permafrost.The authors of this report expect a rapid warming in the next ten years, caused by the CO2 already present in the atmosphere. It will cause probably more and more important disasters. They mention the IPCC report on 1.5 ° C warming, which already predicts significant effects on our living conditions on Earth, the environment and society.

In the longer term, the negative effects on permafrost and ecosystems could cause rapid and significant leaps in Earth’s temperature, which would have very serious consequences. To avoid this, the authors suggest lowering global warming to 0.5 ° C by the end of the century.

The more we wait the more the effort to limit the warming will be gigantic. The only responsible solution seems an aggressive program of climate restoration, as well as a decision-making body related the COP.

They recommend several solutions:

– Firstly the promotion of renewable energies, solar, wind, tidal energy and other natural energies.
– The rapid reduction of carbon emissions
– Methane capture
– Rapidly electrified ground transportation and biofuel-powered air transport
– Reforestation and soil improvement
– Develop carbon capture techniques, including geotherapy, afforestation, biochar
– Solar geoengeneering in the Arctic
– Restoration of vital ecosystems
– Fertilization of the oceans
– Another economic model based on mitigation rather than growth and including a carbon price

As James Hansen suggested, the stability limit of the climate system could be 350 ppm, because we see that the system is already becoming unstable.

A warming of 1.5 ° C presents an intolerable risk and must be limited to 0.5 ° C it would be necessary to reduce the emissions by 6% per year and to capture 153 PgC atmospheric.

The CO2 level must fall to the pre-industrial level of 280 ppm and remain there for an extended period.

We should also restore Arctic ice, perhaps by an artificial technique such as pumping seawater to the surface of the ice to thicken it.

The authors hope that an effective intervention can be carried out in a few decades.

It must be able to be quickly deployed on a large scale and not too expensive, use a minimum of technology, fossil energy, operate easily with little support, and minimize side effects.

They present some solutions of geoengeneering and advise to take quick measures, before the climate makes the human action impossible. The artificial thickening of Arctic ice, for example, is still possible, but if the melting progresses, it will soon be too late.

They advise the development of sustainable business models and the carbon tax. In the face of heightened risk of catastrophe, the English insurance companies, for example, are no longer solvent and other solutions must be put in place.

It seems clear that events of extreme gravity await us. We must be aware of it, and act quickly. Many solutions exist, others could be developed quickly. Partially vegan food is also a great way to save the Planet.