Skip to content

CO2: Changement de climat ou fin de la vie sur Terre

14 janvier 2013

L’irréversible s’est produit en mai 2012. Le réchauffement climatique a atteint le point de non-retour. Le CO2 dans l’atmosphère a dépassé la concentration critique de 400 ppm.  Il est à craindre que son niveau moyen reste supérieur à ce seuil pendant un siècle, probablement pendant des millénaires. Trois études récentes, dont une effectuée par la NASA montrent que les oscillations de température dans l’histoire de la Terre sont liées de très près au CO2 dans l’air. A la concentration actuelle de CO2, la température de la Terre va donc s’élever d’au moins deux, plutôt trois degrés. 

Dans les prochaines décennies, les glaces des pôles et les glaciers vont fondre, entraînant une élévation du niveau des mers, une baisse du débit des fleuves et mettant en danger des zones côtières, telles que New York ou le Bangladesh.  Nous verrons des grandes chaleurs, des ouragans et des sécheresses en zone sub-saharienne. Nos enfants ou petits enfants vivront dans un monde balayé par les tempêtes, dévasté par les sécheresses, à la merci des inondations. 

Ce monde-là a déjà commencé.  Aujourd’hui, une fonte généralisée de la glace provoque une augmentation du niveau moyen de la mer (GIEC). Les espèces de plaine montent dans les Alpes, le climat méditerranéen s’étend vers le nord. Et jour après jour, les émissions de CO2 continuent et il s’accumule dans l’atmosphère. L’exploitation des gaz de schiste libère du méthane, générant 80 fois plus d’effet de serre que le CO2.

Les émissions futures risquent d’accélérer et d’aggraver fortement le réchauffement de la planète. 

Une augmentation de température de trois degrés comporte des nombreux risques, tels qu’une sécheresse dévastant l’Amazonie et le passage dans l’atmosphère du CO2 contenu dans les plantes amazoniennes, ainsi que le dégel du pergélisol, terres gelées de Sibérie et du Canada. Le pergélisol pourrait relâcher des quantités de CO2 et de méthane similaires à la déforestation. Dans ce cas, l’élévation de la température sera bien plus importante et déclencherait des changements climatiques catastrophiques et une extinction de masse des espèces terrestres.

Les scientifiques prévoient qu’en un siècle, les climats actuels régnant sur 10 à 48% de la surface de la Terre vont disparaître et feront place à des climats nouveaux auxquels aucune espèce vivante n’est adaptée (Nature, 7 juin 2012).  Un tel bouleversement aurait des conséquences dramatiques. Une augmentation de 3.5 degrés pourrait éliminer 40 à 70% d’espèces vivantes sur terre, alors que l’absence de quelques espèces perturbe déjà fortement la croissance des organismes vivants et leur dégradation dans le sol.  Aujourd’hui, les plantes terrestres et les algues dans les océans résorbent le CO2 atmosphérique, mais un climat trop violent interromprait leur cycle de vie. Le CO2 cause une acidification des océans, menacés aussi par la pollution. La fixation du CO2 et la vie même des plantes sur terre seraient en difficulté. Nos ressources biologiques pourraient disparaître en quelques générations, laissant une planète désertifiée. 

Reste-t-il un espoir à l’Humanité? Quand arrêterons-nous d’émettre du CO2? Le monde fourmille de possibilités de comportements écologiques, et nous devons les mettre en oeuvre immédiatement. Nous avons déjà engendré un monde de tempêtes, sécheresses et ouragans. Mais si les températures s’emballent, l’agriculture deviendra impossible et la survie même de l’Humanité est menacée. 

Publicités

From → Uncategorized

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :